Canoe.ca article about ALCC

L’ABC du BDSM – S’initier au BDSM

Toutes les photos réalisées par© Shutterstock
Découvrez tous les articles Elle & Lui

Le jour, ils sont juges, avocats, enseignants ou infirmiers. Le soir, ils revaêtent cuir et latex et conquièrent un univers qui n’est pas accessible à tous. Maintenant, il s’offre à vous. Bienvenue dans le monde du BDSM.

Par Josianne Massé
Mars 2012

Ne manquez pas nos deux prochains reportages sur le sujet: Métier: dominatrice professionnelle et Infiltration dans les soirées BDSM

Le milieu BDSM peut sembler fermé, mais les activités pour s’y initier sont nombreuses lorsqu’on sait où aller. La dominatrice professionnelle Alura, que nous avons rencontrée dans son donjon, suggère aux nouveaux adeptes et aux curieux de passer d’abord par le CCVA, FetLife ou par les différents évènements pour goûter aux préceptes de ces modes de vie alternatifs.

Lors de notre entretien, Alura a mis les choses au clair dès le départ en expliquant que le BDSM ne s’arrête pas au sadomasochisme, comme le croient plusieurs personnes s’adonnant à une sexualité dite «vanille», c’est-à-dire conventionnelle.

«Le BDSM se décompose en trois parties qui s’emboîtent et se chevauchent: BD, DS et SM. BD (Bondage et Discipline) est ce qu’on retrouve le plus souvent dans les chambres à coucher, qu’il s’agisse soit de bander les yeux de son partenaire ou de l’attacher à l’aide d’un foulard. DS (Domination et Soumission) est l’échange de pouvoir entre deux personnes alors que l’une d’elle se donne volontiers à l’autre. Le dominant assume alors la responsabilité et l’autorité sur le soumis. SM (Sadisme et Masochisme) est le côté le plus physique et extrême du BDSM où les adeptes trouvent du plaisir dans la douleur à des niveaux d’intensité différents.»

Un centre communautaire pour les adeptes de BDSM

Alura est aussi la fondatrice du centre communautaire pour les modes de vie alternatifs (CCVA) où elle enseigne les rudiments du BDSM, entre autres. Elle y occupe la fonction d’éducatrice, en plus de fondatrice, ce qui lui confère une notoriété au sein de la communauté.

«J’enseigne aux gens sur les différents modes de vie et la façon dont leurs choix affectent leur vie et tout le monde autour», a expliqué Alura. «Le fait que nous ayons une plus grande liberté sexuelle maintenant ne signifie pas que nous ne sommes pas soumis à de la discrimination et de l’aliénation. La famille et les amis peuvent ne pas accepter nos choix, il devient alors important de comprendre les implications de ces choix dans tous les aspects de nos vies.»

Le CCVA offre une série d’ateliers, des groupes en fonction des styles de vie (polyamour, bondage, asexualité), des conseils, des ressources, des prêts de livres et différentes activités sociales.

FetLife: un Facebook pour les gens ouverts et coquins

Le Montréalais John Baku a créé FetLife, un site anglophone dédié aux adeptes de BDSM et aux fétichistes, en 2008 pour répondre d’abord à ses propres besoins et à ses préoccupations.

«J’ai créé le site parce que je détestais les sites alternatifs», a-t-il expliqué. «Tout ce qu’ils voulaient faire, c’était de profiter des gens ouverts et coquins. J’ai créé FetLife parce que j’avais besoin d’un FetLife. Je voulais que les gens se sentent à l’aise avec qui ils étaient sexuellement. Pour ne pas se sentir seuls.»

Les particularités du site qui regroupe plus d’un million de membres sont de n’offrir aucun engin de recherche et de permettre une communication entre ses membres sans frais.

«FetLife n’est pas un site de rencontres sordide où vous pouvez lancer une recherche pour trouver des filles de 25-29 ans, qui ont les cheveux blonds, les yeux bleus, qui mesurent 5 pieds 4 et qui disposent d’une poitrine de taille 36B et pour qu’ensuite, pour le prix modique de 24,99$ par mois, vous pouviez les spammer toutes», a expliqué John Baku. «Non, FetLife, comme Facebook, est pour rester en contact avec vos amis, en étant au courant de ce qui se passe dans votre communauté locale et rencontrer des gens avec la même vision des choses. Mais d’une manière plus naturelle.»

En effet, FetLife permet aux nouveaux adeptes de modes de vie alternatifs de s’informer sur les évènements publics, privés et semi-privés se tenant à proximité de leur domicile dès que le processus d’adhésion est complété. Les nouveaux sont fortement encouragés à ajouter une photo – ne serait-ce que d’une partie de leur corps – et à inscrire qu’ils se sont joints récemment à la communauté sans quoi ils risquent de se retrouver sans réponse malgré leurs efforts.

Événements BDSM

Les évènements BDSM sont aussi une excellente entrée en la matière selon Alura. Les soirées mensuelles du Club Sin au cabaret Cléopatre permettent au grand public d’assister à un spectacle où le fétichisme prime selon plusieurs adeptes du BDSM, mais où quiconque peut avoir un aperçu du milieu. Il existe aussi des soirées privées, où des «stations de jeux» pour exercer différentes activités BDSM sont aménagées pour les participants.

Mais est-ce légal?

Ni le masochisme, ni le sadisme ne sont prohibés. «On ne le fait pas pour causer la mort de toute façon (…) beaucoup de ces choses-là sont symboliques», a expliqué l’avocat criminaliste Robert La Haye.

«Lorsque deux personnes se font violence pour le plaisir de le faire et qu’ils ne se plaignent pas, personne n’est obligé de le dénoncer», a-t-il ajouté.

M. La Haye a expliqué qu’un individu n’est jamais obligé légalement de dénoncer ou d’intervenir lorsqu’une personne se fait tabasser, mais qu’il ne faut pas non plus que ce soit un silence d’encouragement.

«Si ce qu’on pratique entre adultes n’est pas purement symbolique, que les gens se font mal à un point tel qu’il y a des lésions qui finissent par causer la mort; s’il y a un comportement téméraire et indifférent pour autrui, là il pourrait y avoir des accusations de négligence criminelle ou d’homicide involontaire», a vulgarisé Robert La Haye avant de préciser que «par négligence criminelle, on entend une insouciance déréglée ou téméraire à l’égard de la vie ou de la sécurité d’autrui».

Posted on March 7, 2012, in Uncategorized. Bookmark the permalink. Leave a comment.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: