Looking Back: BDSM Group May 3, 2015

2037787_origFrançais ci-dessous

Contessa_Alura(a) opened the meeting, mentioning the ALCC(b)’s resources (books, workshops, counselling specialists) and Safe Space Policy. Participants were encouraged to ask questions and share their personal opinions while always respecting the opinions and tastes of all other participants. This meeting will be about Mistress_Magnum(c) and slave_feel(d) sharing their real-life BDSM(e) experience: They will share thoughts about their relation.

Where it all began
Mistress_Magnum step foot in the BDSM world in 2007 after she visited a dungeon in Montreal. She knew she wasn’t comfortable in vanilla(f) relationships and felt she wanted “something more”. Out of simple interest and curiosity, she started doing professional domination (being a “Pro-Domme”) in 2012. She shortly began having household service slaves and other clients. She now greatly enjoys her lifestyle and travels around the world for what has become a very fulfilling full-time professional occupation.

Power exchange

  • In vanilla relationships: Mistress_Magnum mentioned that because of stereotypes and modern social expectations about gender roles, she felt there was indeed a power exchange in vanilla relationships that could bring dissatisfaction for the ones that could not abide to them. By mentioning the concept of gender-fluidity, it became evident that certain of those stereotypes did not suit her at all: she used house chores as an evident example. Mistress_Magnum is comfortable in keeping a dominant role in her relationships because she feels her slaves inherently understand her own vulnerability without judgement. According to Mistress_Magnum, power exchange exists at all levels in every day life without proper acknowledgement. It’s the main reason why she loves her lifestyle: she feels that the power exchange is inherently acknowledged through and through by living that way.
  • In BDSM relationships: The BDSM power exchange takes place in a formal play setting, where limits are always respected. The goal of the exchange is to achieve shared goals for a win-win, give-give and receive-receive collaboration. A good expression is: “your needs have to suit mine”, in other words nothing will happen if it’s not desired by both parties. A very interesting part is defining the terms (since words don’t always carry the same meaning for everyone) for what is desired. For that, using a BDSM check-list is recommended. Setting expectations and emotional boundaries is the first step, and then feedback is done after each play session to continually adjust and improve the play session’s quality.
  • The dominant (“dom”) must always keep a profound respect for the submissive (“sub”). It is easily felt by seeing how a sub can literally lick the dom’s spit off a (clean!) floor: the sub’s conviction must be properly recognized as sheer adoration, not just a disinterested act, and rewarded as such.
  • Some participants were curious about “consensual non-consent”. Mistress_Magnum gave the example where during preliminary discussions a slave would mention they would like to eat their own cum as a form of degradation, and after a hot scene, the slave isn’t in the mood anymore (because the thought of it is arousing versus the action which is not), she would step in to use “consensual non-consent” and “force” them and do so.

Applying BDSM in real life

  • Reverse brattiness: Mistress_Magnum and Contessa_Alura mentioned that associating sabotage(g) and “funishment” (fun punishments) brought them the best laughs.
  • Sanity: Living as a permanent slave (24/7 “live-in dungeon”) will most likely cause PTSD(h) to the sub. Everyone absolutely needs to keep a foot in the real world, at least by scheduling personal time and forcing a balance in activities. Keeping a job, friends and family is not negotiable: basic psychological health requires keeping family first for emergencies. Rendering a slave completely helpless is wrong and will turn that person into a doormat. When the slave is sick or doesn’t feel well, they get at least a day off to take care of themselves. “Turning the switch off” can be difficult but it’s always necessary to get back to real life. Mistress_Magnum talked about a 24/7 application where the person could not find balance: that person’s needs were so intense realizing them would have been dangerous for both participants’ sanity, so the application was initially refused to take a step back. Amended boundaries were proposed, and it worked out with those new terms. Safety, including psychological balance for sanity, must always come first. Applicants will get refused (for their own safety) if they can’t sustain that balance.
  • Live-in micromanagement is exhausting: There is a very significant overhead in taking care of a sub, let alone the management of a flock of slaves, plus potential applicants. This business explains the need for remuneration.
  • Managing limits: The dom’s and sub’s hard limits are not negotiable: The product is not in store and unapproachable, otherwise it’s consent violation. Soft limits can be discussed if necessary, but always be respected as initially considered as non-desired.
  • Punishment and masochists: Mistress_Magnum said that playing with masochists was more difficult because sensation-play punishment doesn’t work: the masochists might do bad jobs on purpose, don’t care enough, become bratty and thus degrade the quality of the play scenario. It was clarified that a punishment must remain non-desired (within limits). Real punishments are done very clearly, in a cold way, and then considered done and over. Any supplemental psychological punishment is unnecessary. In the case of masochists, punishments would be done by removing attention, with an order to “go to the corner” for example. Service slaves usually aren’t masochists and get their pleasure from satisfying the dom, so for punishments using sadism on them works very well, while masochists get attention removal.
  • Punishments and learning: Contessa_Alura said she enforces giving a “training” week (time to learn and understand the dom’s expectations) before applying punishments. When the sub doesn’t understand, she said the best example is a demonstration. In case there is failure in the first week, Contessa_Alura would say “this would be one” (paddling, for example), and only start really applying those only after the training week.
  • Managing errors: Anybody can make errors. The sub will get punished for any error they make, and the dom will give “punishment credits” to their sub if it’s obviously their fault. Keep in mind that, giving punishment to a sub is tough on the dom too, since the error might be their fault because of miscommunication. In any case, apologizing is normal, and the doms always should take full responsibility for their own errors.
  • True brats: Mistress_Magnum and Contessa_Alura both mentioned they didn’t enjoy playing with true brats. They both need to use “standard protocols” with associated punishments. It’s apparently a question of taste.

Questions and answers

  • Legal concerns: The answer to a question about legal considerations in BDSM was that consent was the key to legality. A person can never technically sign-off their consent. Attempting to contest a person’s consent is defined as abuse. Holding a person in a position (dominant or submissive) is defined as relational manipulation. Legally, when partners disagree, any BDSM contract dissolves. Use of alcohol or any substance, including drugs and medicine (that hinders a person’s judgement) renders consent legally impossible to verify, so makes BDSM play experiences equally impossible to realize. Mistress_Magnum mentioned a case where a sub attempted to “top from the bottom”: he tried to direct the scene towards his all of his wants and needs without regard for her. Through emotional and financial blackmail, he manipulated her so that he could be dominated the way he wanted without the understanding that our styles and expectations were completely different. Those situations are identified and resolved quickly or the session is ended immediately. There is never any obligation in dominant-submissive (D/s) relationships, although when implemented as a lifestyle (as for Mistress_Magnum), it’s more than plain and simple role-playing. The experience is an exchange between participants that must remain pleasurable and fun. Protocols enable codification of the “graceful start” and “graceful end” of the game, in sessions called “scenes”. Using costumes (like uniforms), proper voice tones and some accessories (like chastity belts) incorporates depth to the experience, but legally don’t mean anything.
  • Psychological work: Answering to a question about any psychological work being done during BDSM play, Mistress_Magnum said that it will depend on the client’s needs. Those kinds of activities are approached by careful discussion and practice. Sadism, emotional logic and change protocols are the best implements. Using a journal is also strongly recommended: there will probably be a recognizable evolution and it can be used to note errors and ideas for improvement. It’s a great tool for meditation too.

Disgress conversations
Mistress_Magnum exposed personal thoughts about some subjects. Those are related to BDSM, but not directly to her relationship with her slaves.

  • About serial monogamy: some people are stuck into high-low patterns. We talked about definitions (i) versus polyamory (j). BDSM relationships with pro-dommes are necessarily non-monogamous and must be respected as such by subs. Jealousy is displaced and discouraged.
  • About gender roles: D/s relationships are excellent ways of discussing about personal needs, sharing intimate thoughts like confidences and deep feelings. It’s a golden road for connecting two souls together, without necessarily involving sexuality, nor implying orientation or gender criteria in the relationship.

Conclusion
Mistress_Magnum and slave_feel were warmly thanked for their contribution. They recognized their relation, based on the “safe, sane and consensual” keywords, was extremely fulfilling to both of them.

Definitions
(a) Contessa_Alura: ALCC Founder. https://fetlife.com/users/10384
(b) ALCC: Alternative Lifestyle Community Center; http://www.theALCC.org
(c) Mistress_Magnum: Pro-Domme. https://fetlife.com/users/1531293
(d) slave_feel: Mistress_Magnum’s slave. https://fetlife.com/users/1115195
(e) BDSM: Bondage and Domination, Domination and Submission, Sadism and Masochism.
(f) Vanilla: non-kinky “regular” behaviour, acting without role playing and outside dominant-submissive or BDSM context
(g) Sabotage: A situation where a dominant will order for something impossible, or render the submissive incapable of fulfilling the order
(h) PTSD: Post Traumatic Shock Disorder. Psychological damage caused by living a traumatic event
(i) Serial monogamy: Repeated pattern where a person engages in a monogamous relationship and then end the relation to start another right after
(j) Polyamory: relational engagement between more than two persons

Produced and copyrighted by Mx_Prince, ALCC Member, https://fetlife.com/users/4230337

Any reproduction of this text is strictly forbidden.

———————————————

Introduction
Contessa_Alura(a) a présenté le CCVA(b) aux participants, en mentionnant ses ressources (littérature, ateliers et spécialistes en psychologie) et sa Politique d’Espace Sécuritaire. Les participants sont encouragés à poser des questions et exprimer leur opinion personnelle en respectant toujours l’opinion et les gouts des autres participants. La rencontre aura comme sujet le partage des expériences et opinions de Mistress_Magnum(c) et slave_feel(d), engagés dans une relation BDSM.

Il était une fois…
Mistress_Magnum a débuté dans le monde BDSM en 2007 en visitant un donjon à Montréal. Elle savait déjà qu’elle n’était plus confortable dans des relations vanille(f) et sentait qu’elle désirait “quelque chose de plus”. En 2012, elle fit ses débuts en tant que dominatrice professionnelle par simple intérêt et curiosité, en accueillant des esclaves de service pour la tenue de sa maison et d’autres clients spécialisés. Elle apprécie maintenant grandement son style de vie et voyage régulièrement à-travers le monde pour ce qui est devenu un travail à temps plein qui la satisfait grandement.

Échanges de pouvoir

  • Dans les relations vanille: Mistress_Magnum a mentionné qu’à cause des stéréotypes et des attentes sociales modernes liés aux rôles genrés, elle sentait qu’il y avait en effet un échange de pouvoirs dans les relations dites “normales” qui ne lui convenait pas et lui apportait une insatisfaction importante puisqu’elle ne s’y reconnaissait pas. En mentionnant le concept de fluidité des genres, il devint évident que certains stéréotypes ne lui convenaient définitivement pas: elle a mentionné le cas des tâches ménagères comme exemple évident. Mistress_Magnum est plus confortable en gardant un rôle dominant dans ses relations puisque cela lui permets de s’entourer d’esclaves qui comprennent de facon inhérente sa propre vulnérabilité sans jugement. Selon elle, les échanges de pouvoir existent à tous les niveaux dans la vie de tous les jours sans être reconnus comme tels correctement. C’est principalement pour cette raison qu’elle aime tant son style de vie: elle trouve que ses échanges de pouvoir sont constamment et plus pleinement reconnus en vivant de cette façon.
  • Dans les relations BDSM: L’échange de pouvoirs en contexte BDSM a sa place dans un contexte de jeu formel, dans lequel les limites de chacun sont toujours respectées. Le but de l’échange est d’atteindre des buts partagés dans une collaboration gagnant-gagnant, donnant-donnant et recevant-recevant. Une bonne expression serait: “La satisfaction de tes besoins doit satisfaire les miens aussi” en d’autres mots rien n’arrivera à moins de n’être désiré par les deux participants. Une partie très intéressante dans l’établissement de cet échange est la définition des termes (puisque les mots portent des significations différentes pour chacun), et de ce qui est désiré à l’aide d’une grille d’activités BDSM. La première étape est de s’entendre sur les attentes et limites émotionnelles, puis de faire des retours écrits après chaque séance pour ajuster et améliorer continuellement la qualité de la relation, des jeux et activités.
  • Le dominant doit toujours garder un profond respect pour son soumis. Ce respect peut être facilement illustré en constatant comment un soumis peut littéralement lécher le crachat de son dominant sur le sol (propre!): la conviction du soumis doit être correctement reconnue comme une déférence et une adoration pure, et non comme un acte désintéressé bizarre, et encouragé comme tel.
  • Quelques participants étaient curieux au sujet de la “non-consensualité consensuelle”. Mistress_Magnum a donné l’exemple d’un client qui, durant les discussions préliminaires, mentionne qu’il aimerait manger son propre sperme comme forme de dégradation, mais qu’après son orgasme, le client n’est plus dans cet état d’esprit (puisque l’idée de l’action serait plus excitante que l’action littérale). Dans un tel cas, elle s’imposerait et “forcerait” le client à s’exécuter, dans un geste de “consentement non-consensuel”.

Application du BDSM dans la vraie vie

  • La gaminerie inversée: Mistress_Magnum et Contessa_Alura ont mentionné que d’allier le sabotage(g) et les punitions-bonbon leur apportaient les plus grand fous-rires.
  • Sanité: Vivre en tant qu’esclave permanent (résident de donjon 24/7) causera très fortement un CPT(h) au soumis. Il est absolument nécessaire de garder un pied dans le monde réel, au moins en réservant du temps hors du donjon et en organisant d’autres activités. In n’est pas négociable de garder son emploi, ses amis et ses relations familiales. Une santé mentale de base requiert que les urgences familiales passent toujours avant tout. Il est très mauvais de rendre un soumis si dépendant qu’il en perde son libre-arbitre. Lorsque le soumis est malade ou ne se sent pas bien, la moindre des choses est de lui donner le temps de prendre soin de lui-même et de récupérer des forces. Même si c’est crucial, il peut être parfois difficile de “retourner à la réalité”. Mistress_Magnum a raconté l’application d’un soumis proposant une situation d’esclavage 24/7 si intense qu’elle n’en voyait pas l’équilibre: accepter un tel scénario aurait été dangereux pour la stabilité mentale des deux participants. Pour cette raison, Mistress_Magnum a initialement refusé l’application le temps de prendre du recul sur la situation et de proposer des amendements qui furent finalement acceptés et fondent maintenant la relation avec ce client. La sécurité, incluant la préservation de la santé mentale des participants, doit toujours être la première priorité. Toute application sera refusée si le client ne peut trouver d’équilibre entre la relation BDSM et sa vie de tous les jours.
  • La gestion des soumis est très demandante pour les dominants: Il y a en effet un surcoût très important (en temps, énergie et efforts) dans la gestion et l’entretien des soumis et des appliquant potentiels, d’où la nécessité d’une rémunération.
  • Gestion des limites: Les limites dures des dominants et soumis ne sont pas négociables. Le produit n’est pas en magasin et il est malvenu d’en approcher le sujet, autrement il s’agit d’un bris de consensualité. Les limites “molles” peuvent être discutées si nécessaires, mais considérées comme apriori non-désirés.
  • Punitions et masochistes: Mistress_Magnum mentionne qu’il est plus difficile de jouer avec des masochistes puisque les punitions physiques ne fonctionnent pas: les masochistes feront des erreurs par exprès, ne s’appliqueront pas sérieusement et feront des gamineries si bien que la qualité de la relation et des scénarios s’en ressentira. Il a été clarifié qu’une punition est un acte non-désiré (dans les limites du soumis). Les punitions réelles sont effectuées de façon claire, sans émotion, puis considérées terminées. Les punitions psychologiques supplémentaires ne sont pas nécessaires. Dans le cas des masochistes, la punition appropriée serait d’être retiré de l’attention du dominant, avec un ordre d'”aller dans le coin” par exemple. Les soumis de service ne sont généralement pas masochistes et tirent leur plaisir dans la satisfaction de leur dominatrice, donc d’utiliser le sadisme sur eux fonctionne assez bien pour les punitions, alors que les masochistes sont mis en pénitence à l’écart.
  • Apprentissage et punitions: Contessa_Alura mentionne qu’elle donne une semaine à ses soumis pour leur laisser le temps d’apprendre à remplir correctement tout nouvel ordre avant d’appliquer les punitions réelles. Lorsque le soumis ne comprends pas, le meilleur exemple est de faire une démonstration de ce qui est attendu. En cas de manquement dans la première semaine, elle explique qu’elle déclare “cela compterait pour une” (une fessée, par exemple) et ne commence à appliquer la punition réelle qu’une fois la première semaine écoulée.
  • Gestion des erreurs: Il est évident que chacun peut faire des erreurs. Les soumis auront leur punition, mais le(la) dominateur(trice) donnera des “crédits” de punition si la faute est, de façon évidente, la leur. Gardez en tête que pour le dominateur, il est aussi dur pour eux-mêmes d’appliquer les punitions puisqu’il s’agit possiblement d’un manquement au niveau de la qualité de leur communication. Dans tous les cas, offrir ses excuses est un geste normal, et les dominateurs doivent toujours prendre pleine responsabilité pour leurs erreurs.
  • Vraies gamin/gamines: Mistress_Magnum et Contessa_Alura s’entendent sur le fait qu’elles n’apprécient pas vraiment de jouer avec des gens qui piétinent constamment les limites, ne respectent pas les protocoles standard et essaient de se soustraire aux punitions. C’est apparemment une question de goût.

Questions et réponses

  • Considérations légales: La réponse à une question au sujet des implications légales dans les jeux BDSM a été que la consensualité est la clef de la légalité. Personne ne peut signer de document valide (au sens technique de la loi) pour renoncer à son libre-arbitre. Contester le libre-arbitre de quiconque est défini comme une tentative d’abus. Garder une personne en position dominante ou soumise est une manipulation relationnelle. Légalement, lorsque les partenaires ne s’entendent pas, tout contrat BDSM s’annule. C’est pourquoi l’usage d’alcool ou de quelque substance, incluant les drogues et médicaments (affectant le jugement) rend le consentement des gens impossible à vérifier, donc rend les jeux BDSM également impossibles à réaliser. Mistress_Magnum a raconté le cas d’un soumis ayant tenté de la “contrôler par le bas”: le soumis dirigeait la scène pour obtenir chacun de ses désirs et envies sans considération pour elle. Il a tenté de la manipuler par un chantage émotionel et financier de façon a être dominé comme bon lui semblait sans comprendre que le style et les attentes de sa partenaire étaient complètement différents. De telles situations sont identifiées et résolues rapidement, ou la session est interrompue sur-le-champ. Il n’y a jamais aucune obligation dans les échanges entre un dominant et un soumis, quoique pour Mistress_Magnum, il s’agit de plus qu’un jeu de rôles. L’expérience doit rester plaisante et amusante. Les protocoles permettent une codification d’un “début gracieux” et d’une “fin gracieuse” des scéances, dans des sessions appelées “scènes”. L’usage des costumes (comme des uniformes), un ton de voix approprié, et quelques accessoires (comme des cages de chasteté) ajoutent de la profondeur aux moments, mais légalement ne signifient strictement rien.
  • Travaux psychologiques: En répondant à une question demandant si les travaux psychologiques sont faisables durant les scènes BDSM, Mistress_Magnum a mentionné que cela dépendait des besoins du client. Elle n’est pas psychologue, et ce genre d’activités doivent être approché avec des discussions attentives et une douceur dans la pratique. Le sadisme, la logique émotionnelle et les changements par les protocoles sont apparemment les meilleures approches. Utiliser un journal est aussi très recommandé: une évolution y apparaitra très probablement et sera utile pour noter les erreurs et idées d’amélioration. Il s’agit aussi d’un bon outil de méditation.

Conversations digressives
Mistress_Magnum a mentionné quelques sujets autour du BDSM, mais pas en relation avec sa relation avec slave_feel. En voici un petit résumé:

  • Monogamie en série: certaines personnes sont prises dans des schémas haut-bas. Elle a parlé des définitions et du polyamour. La relations BDSM entre un soumis et une dominatrice professionnelle est nécessairement polyamoureuse et doit être reconnue comme telle, donc toute forme de jalousie est déplacée et découragée.
  • Rôles et genres: Les relations dominant-soumis sont une excellente façon de discuter des besoins personnels, de partager des pensées intimes comme des confidences et pensées profondes. C’est une voie dorée pour connecter deux esprits ensemble, sans nécessairement impliquer de sexualité, ni avoir à appliquer de critères basé sur l’orientation ou les genres dans une relation essentiellement amicale.

Conclusion
Mistress_Magnum et slave_feel sont chaudement remerciés de leur contribution. Ils ont reconnu que leur relation, basée sur les principes de la “sécurité, sanité et consensualité”, était extrêmement satisfaisante pour chacun d’eux.

Définitions
(a) Contessa_Alura: Fondatrice de l’ALCC. https://fetlife.com/users/10384
(b) CCVA: Centre Communautaire des modes de Vie Alternatifs; http://www.theALCC.org
(c) Mistress_Magnum: Dominatrice professionnelle. https://fetlife.com/users/1531293
(d) slave_feel: Esclave de Mistress_Magnum. https://fetlife.com/users/1115195
(e) BDSM: Ligotage et Domination, Domination et Soumission, Sadisme et Masochisme.
(f) vanille: comportement érotique et romantique “normal”, sans jeu de rôle ni échange de pouvoir dominant-soumis dans le contexte BDSM
(g) sabotage: Une situation dans laquelle le dominant ordonnera quelque chose d’impossible, ou rendra le soumis incapable de satisfaire l’ordre donné
(h) CPT: Choc Post Traumatique: Dommage psychologique causé par le vécu d’une situation traumatisante
(i) monogamie en série: Schéma relationnel répété dans lequel une personne s’engage dans une relation monogame puis y mets fin pour en recommencer une nouvelle immédiatement après
(j) polyamour: engagement relationnel impliquant plus de deux partenaires

Produit et protégé par Mx_Prince, Membre CCVA, https://fetlife.com/users/4230337

Toute reproduction est strictement interdite.

About Prince

See Mx_Prince on Fetlife

Posted on April 25, 2016, in Alternative Lifestyles, BDSM, Fetish, Groups / Groupes, Law & Society. Bookmark the permalink. 2 Comments.

  1. Melanie Doyle

    I agree/am learned of the previous… My question… I am married and he is not a Dom and does not recognise me as a sub, this is something (after 20+ years of marriage that I am aware about myself and never overly acknowledged) that I would like to explore and does NOT have to be sex based…) I have no idea how to commence/facilitate something like this, especially from a married perspective. If I am able to convince my husband to come watch then great… but he is still NOT a Dom.. and if I can’t convince him what are my options as a single female? and a ‘no sex female’…

    Any time and consideration to my problem you can provide would be very much appreciated,

    thank you very much,\

    Melanie

  2. We have peer support advisors and counselors who are happy to assist you in any way they can. Please take some time to contact them: https://alccva.wordpress.com/counseling/ Sometimes just attending some of the workshops or groups we have at the ALCC can answer questions for you. Good luck.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: